OVH ou le rêve d’un cloud européen

OVH, à travers ses récentes manœuvres, ambitionne de mettre en place une infrastructure européenne en vue d’une offre fiable. D’ici peu, la souveraineté numérique tant attendue par l’Europe ne sera plus un rêve. En effet, cette société basée à Roubaix ne cesse de multiplier les alliances en vue d’atteindre cet objectif. De plus, son poids conséquent à l’échelle du Vieux Continent se présente comme un atout à ne pas négliger.

Quête d’une souveraineté numérique en Europe

Face aux géants américains et chinois du Cloud Computing, l’Europe se cherche et tente de s’attribuer une place convenable. Raison pour laquelle elle table sur une souveraineté numérique en vue de sécuriser les données sensibles de ses acteurs. Une fois cet objectif atteint, ses gouvernements et ses entreprises privées n’auront plus à se soucier d’un éventuel souci de sécurité. Et corollairement, le recours à l’hébergement de données à des sociétés étrangères américaines se verra réduit grâce au cloud OVH. N’empêche que ce rêve européen se bute à des réglementations très strictes en matière de protection et d’usage de données. Pour ne citer que le RGPD et le Cloud Act qui représentent des problématiques juridiques de taille à prendre en compte.

OVH, plus ambitieux que jamais

Spécialisée dans le cloud d’infrastructure, OVH est une société française qui se veut devenir un phare à l’échelle européenne. Apparemment, nul ne pourrait l’empêcher d’avoir une telle ambition vu son dynamisme actuel. En effet, elle compte environ 2200 personnes et affirme avoir réalisé 600M d’euros de chiffres d’affaires en 2019. Dans l’Hexagone, OVH se trouve parmi les 3 premiers fournisseurs, juste derrière Amazon et Microsoft, et devance Orange, IMB et Google. À l’échelle européenne, le cloud OVH occupe la 8e position : il s’était attribué environ 2% du marché en 2020. Certes, il n’occupe pas un top 10 dans le classement mondial, mais reste très concurrentiel face à tous les acteurs européens. Au même titre que lui se trouvent en effet Telefonica (Espagne), KPN (Pays-Bas), Deutsche Telekom (Allemagne)…

OVH multiple les alliances

Pour les promoteurs du cloud OVH, l’ambition d’une souveraineté européenne n’est pas prise à la légère. Il faut un peu de tout pour pouvoir entrer dans le cercle des grands tels les GAFAM américains. Pour ce faire, OVH ne cesse de s’allier à des acteurs potentiels comme Google Cloud, T-Systems ou encore Atos. En s’alliant avec Google, la société française espère tirer profit, c’est-à-dire exploiter la technologie de cette dernière pour devenir plus concurrentiel. Un partenariat stratégique avec Atos vient également d’être établi en vue d’une solution multi-cloud de standard européen. À cela s’ajoute une alliance avec T-Systems, filiale services numériques de Deutsche Telekom, dont l’ultime objectif est la souveraineté européenne. Grâce à de telles initiatives, l’Europe bénéficiera ultérieurement d’une offre de cloud public issue d’une infrastructure 100% européenne.

Qu’est ce que le « digital lean » ?
Le métier de datascientist : en quoi ça consiste ?